Actualités

Entre 15 et 20% de la population mondiale est victime d’hyper-sensibilité. Mais comment la détecter et la gérer au quotidien ?

Être sensible : « être capable de sentiments, d’une vie affective intense, être apte à ressentir profondément les impressions et à s’intéresser aux personnes qui les éprouvent ».

Si le mot « sensible » remonte au XIIIe siècle lorsqu’il s’agissait de distinguer « l’âme sensible » de « l’âme raisonnable », de plus en plus de personnes se définissent comme étant hyper-sensibles.

Pour reprendre la définition donnée par le psychanalyste Savrerio Tomasella, le sensible est celui qui appréhende le monde sous le prisme de ses émotions, mettant de côté la dimension mentale. Pour le psychanalyste, le propre de l’hypersensible est de se définir lui-même comme tel.

Ces personnes, qui représentent entre 15 et 20 % de la population mondiale, peuvent souvent se sentir inadaptées à ce monde. Un sentiment très fort qui est d’autant plus compliqué à gérer que le terme d’hyper-sensible entraîne bien souvent avec lui une connotation négative.

Afin de se protéger, certains s’insensibilisent pour ne pas montrer ce qu’ils perçoivent comme une faiblesse.

Pour Christophe André, ce sentiment exacerbé est très souvent perçu comme de l’introversion.

Cette sensibilité hors-normes désigne en réalité trois choses : une intense réceptivité à ce qui nous entoure, une forte émotivité et une grande expressivité. Les ressentis et les perceptions décuplées de l’hypersensible sont plus fortes que la moyenne. Chaque événement a un écho bien particulier pour celui qui fait face à cette sensibilité exacerbée. Le phénomène de caisse de résonance se manifeste régulièrement et épuise émotionnellement la personne concernée. Face à cela, l’hypersensible a besoin de temps pour digérer les événements afin de mieux les décrypter.

Plusieurs facteurs peuvent accélérer ce sentiment exacerbé. C’est le cas de la fatigue, de l’hyperstimulation, ou lorsque des événements personnels compliqués se manifestent. Le phénomène de trop-plein force alors les hyper-sensibles à s’isoler ou à prendre du recul.

Quelques conseils pour gérer son hyper-sensibilité

  • Transformer son hypersensibilité en force. Cette émotion particulière peut aussi se voir de manière positive. En s’appuyant sur cette capacité inhabituelle, l’empathie peut ainsi se développer pour mieux comprendre les autres et décrypter leur façon d’être, leur personnalité. Plus globalement, cette empathie peut aussi être utilisée afin de se mettre au service d’un travail associatif par exemple.
  • Il faut cesser d’absorber les émotions des autres. En effet, l’hyper-sensible de par sa personnalité empathique à tendance à vivre les émotions des autres comme si c’était les siennes. Si l’émotion est trop forte, il faut alors prendre du recul.
  • S’auto-discipliner en développant un équilibre personnel. A travers le yoga, la méditation ou la pratique d’une activité physique régulière, l’hyper-sensible peut alors exulter toute une série d’émotions.

Par Nacer Boubekeur FranceInter.fr

Share This